Yodé les Côcô : le doyen du Zouglou menace le BURIDA

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Le Doyen Zouglou, Yodé Côcô, a les boules en ce moment. L’artiste de Yopougon Sicogi, est très remonté contre certaines autorités actuelles du Bureau Ivoirien des Droits d’Auteur: BURIDA.

Jean Martial Yodé (à l’état civil) pionnier du mouvement Zouglou est très peiné. L’auteur des chansons  à succès «Les Côcôs», «Parisien Moisi», est visiblement exaspéré par certains faits au sein de la maison des artistes. L’artiste est monté au créneau pour exprimer son dépit et sa colère vis-à-vis de ceux que les artistes ont mandaté là pour défendre leurs intérêts : «Ceux qui nous dirigent au Burida, ce n’est rien d’autre qu’un club d’ami. Nous, on ne se reconnaît plus du tout en eux, qu’ils foutent le camp».

Lance Yodé, avant d’ajouter : « On a affaire surtout à ceux que nous, artistes avons placé là. C'est-à-dire le bureau du conseil d’administration du Burida que dirige M. Sery Simplice. Voici des gens que nous avons deposé là, ils sont dans des bureaux climatisés, ils sont payés à plus de 400.000 Frs chaque mois et qui ne font absolument rien pour les artistes. Pendant ce temps, nous on continue de percevoir des miettes comme droits d’auteurs. Aujourd’hui, les producteurs sont introuvables. Tu sors un album, tu es obligé de faire le tour de tes connaissances pour pouvoir vendre ton œuvre, on souffre», crie t-il haut et fort.

Le Doya du Zouglou ne décolère pas : «Nous leur demandons gentiment de débarrasser le plancher. S’ils ne le font pas, nous, artistes de Yop, on est plus de 1000 aujourd’hui. Nous allons assiéger les prochains jours les locaux du Burida pour nous faire entendre bruyamment et les aider à partir», a promis Yodé.  

ENZO