Violence parentale : accusé par Angelina, Brad Pitt blanchi par le Fbi

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

Le FBI a indiqué mardi en avoir terminé avec son enquête sur Brad Pitt. Selon les enquêteurs américains, la star d’"Alliés" n’a pas fait preuve de comportement violent envers son fils Maddox en septembre dernier.

Beaucoup de bruit pour rien. Le FBI a indiqué mardi 22 novembre que Brad Pitt était blanchi dans le cadre d’une enquête pour comportement violent envers un de ses enfants. L’affaire remonte à septembre dernier. Lors d’un vol en jet privé effectué entre la France et les Etats-Unis, l’acteur s’en serait pris à Maddox, son fils aîné âgé de 15 ans. L'entourage d'Angelina Jolie, qui a dans la foulée demandé le divorce, avait affirmé que Brad Pitt avait frappé l’adolescent et avait été fait preuve de violence verbale.

"En réponse aux accusations portées lors d'un vol qui transportait M. Brad Pitt et ses enfants, le Bureau fédéral d'enquêtes a passé en revue les circonstances (de l'incident) et ne va pas poursuivre d'enquête", a déclaré la police fédérale dans un communiqué. La star de 52 ans ne fera l'objet d'aucun chef d'accusation à ce sujet", a ajouté le FBI. C’est une seconde victoire pour Brad Pitt. Il y a deux semaines, les services de protection de l’enfance de Californie étaient arrivés à la même conclusion, celle que Brad Pitt n’avait rien à se reprocher. 

Reste à savoir les conséquences de ce rapport du FBI sur la garde des six enfants du couple. Angelina Jolie souhaite obtenir la garde exclusive de Maddox, Pax, Zahara, Shiloh, Knox et Vivienne tandis que Brad Pitt demande une garde partagée. Pour l’heure, selon un accord passé à l’amiable, c’est l’actrice qui s’en occupe à plein temps dans une maison de location située à Los Angeles. Brad Pitt n’a obtenu qu’un droit de visites supervisées par un psychothérapeute. 

Pris dans la tourmente de ce divorce houleux, Brad Pitt a repris ces derniers jours le chemin des tapis rouges pour la promotion de son dernier film Alliés, de Robert Zemeckis. Il y joue un agent secret envoyé en mission à Casablanca en 1942, qui tombe amoureux d’une résistante française incarnée par Marion Cotillard. Lundi dernier, ils ont ainsi posé à Londres avec (petits) sourires de rigueur.