Top 5: les rappeurs américains morts trop jeunes

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

1 - BIG L † 24 ans

Le 15 février 1999, Coleman est assassiné lors d'un drive-by shooting à Harlem. Son deuxième album, The Big Picture, est publié par le manager de Coleman, Rich King, à titre posthume l'année suivante. Il est finalement certifié disque d'or par la Recording Industry Association of America (RIAA). Assassiné de neuf balles dans la tête et dans la poitrine en 1999 sans qu'aucun tireur ou commanditaire ne soit arrêté, Lamont Coleman gardera pour toujours le visage jouvenceau du rappeur moderne, technique et audacieux qu'il était.

2 - NOTORIOUS B.I.G. † 24 ans

Pas plus que l'on a totalement éclairci la mort de Tupac, on ne sait toujours pas qui a tué Notorious B.I.G. le 9 mars 1997. Christopher Wallace aura vécu à peine 25 ans, dont près du tiers passé à rapper dans les rues de Brooklyn ou dans les studios payés par Puff Daddy.

3 - EAZY-E † 31 ans

A Los Angeles Il est considéré comme l'un des pères fondateurs du gangsta rap, ayant créé Ruthless Records, le premier label spécialisé dans ce genre musical. A Eazy-E, mort du SIDA en mars 1995 à l'âge de 31 ans.

4 - TUPAC † 25 ans

Avec Dr Dre et Snoop Dogg, 2Pac est l’une des figures les plus importantes de l’histoire du gangsta rap de la côte ouest. Assassiné 3 septembre 1996 à Las Vegas à l’âge de 25 ans, son décès prématuré l’a fait entrer dans la légende. Aujourd’hui, il reste un symbole pour toute une génération. Il est reconnu comme le plus grand vendeur de l’histoire du rap avec plus de 75 millions d’albums vendus à travers le monde. Les nombreux albums posthumes et greatest hits parus après sa mort ne démentent pas ce succès.

5 - OL' DIRTY BASTARD † 35 ans

Ol' Dirty Bastard (surnommé ODB), de son vrai nom Russell Tyrone Jones (15 novembre 1968 à Brooklyn – 13 novembre 2004 à New York), était un rappeur américain. Il était l'un des membres fondateurs du groupe Wu-Tang Clan, originaire de Staten Island, qui se popularisa grâce à son premier album Enter the Wu-Tang (36 Chambers)1,2.

Après le lancement du Wu-Tang Clan, Ol' Dirty Bastard se lance dans une carrière en solo et contribue en tant que rappeur et producteur au sein du groupe Fugees. Cependant, sa carrière professionnelle est entachée par des démêlés judiciaires menant à son incarcération. Il décède le 13 novembre 2004 suite à une overdose accidentelle, deux jours avant son 36e anniversaire3. Avant son décès, Jones parvient à enregistrer son troisième album solo, A Son Unique, mais qui n'est pas commercialisé.