Top 5 : les chanteurs des années 2000 qui n'ont fait qu’un tube

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Saviez-vous qu’il existe même un terme définissant ces tubes qui ont connu un succès fulgurant mais dont la carrière de l’interprète n’a pas suivi ? On parle de « one-hit Wonder ». En français, l’expression employée est « succès sans lendemain » et elle pique un peu.

1. Yannick avec "Ces soirées-là"

La meilleure reprise de Claude François du monde entier. Frank Sinatra peut bien aller se rhabiller avec son « My Way tout pété (version anglaise de « Comme d’habitude »). Pendant quinze semaines, la chanson est en première place des classements français et c’est AMPLEMENT mérité.

2. Discobitch -C'est Beau La Bourgeoisie

Et si… On le sait qu’un peu émécher(e) en soirée, tu t’es retrouvé(e) à scander inlassablement « I’M A BITCH… I’M A BITCH… » Musique particulièrement entraînante, pour bien l’apprécier, il est important de ne surtout pas s’intéresser aux paroles de cette dernière.

3. Edward Maya et Vika Jigulina avec Stereo Love

Étrangement, cette musique me renvoie à de longues soirées entre adolescents beaufs aux habits dépareillés qui jouent à la bouteille pour satisfaire leurs premières pulsions sexuelles. Et ce souvenir étant particulièrement douloureux, je me réjouirais presque de l’insuccès de ces deux artistes. Bon, après les gars ont quand même eu une petite carrière en Roumanie.

4. Baha Men... WHO LET THE DOGGGGS OUUUUT

On appréciera tout particulièrement le caractère littéral du clip. Néanmoins, on veillera à s’abstenir de regarder d’un peu trop près les paroles puisqu’il s’agit clairement d’un groupe de mecs en rut à la recherche de filles consentantes. Chose à savoir, les Baha Men ne sont pas à l’origine de cette chanson et ils étaient même plutôt réticents à l’interpréter. Par ailleurs, ils ont également chanté pour Disney : « Hakuna Matara » et « It’s a small world ».

5. Las Ketchup avec "Asereje"

Ce groupe de quatre sœurs s’est, hélas, dissout en 2007. Il n’aura connu qu’un seul vrai succès avec ce tube. Par ailleurs, il faut savoir qu’elles ont été accusées de satanisme car le terme « Asereje » se rapprochait étrangement du terme « hereje » signifiant hérétique. Sauf qu’en fait, il ne s’agit que d’une reprise version yaourt espagnol de « Rapper’s Delight » que le héros de la chanson, Diego, adore entendre dès qu’il entre en boîte de nuit… Voilà voilà.