Serge Aurier : il insulte son entraîneur et se fait sanctionner

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

Serge Aurier, le défenseur du PSG, a été mis à pied à titre conservatoire par son club le Paris st Germain pour avoir insulté son entraîneur Laurent Blanc dans une vidéo diffusée sur Internet.

Pour réparer son tort, le joueur du Psg a vite fait de présenter ses excuses.

«J'accepte toutes les sanctions à mon égard concernant cette histoire, j'ai fait une connerie, je suis impardonnable et je suis prêt à assumer toutes les conséquences», assure le joueur, qui tient à s«'excuser tout particulièrement auprès du coach».

Néanmoins, Serge Aurier a été écarté jusqu'à nouvel ordre du groupe parisien.
Il manquera la très importante rencontre de Champions League contre Chelsea.

Le club, même s'il parle d'une « vidéo tournée dans un cadre privé », a qualifié les propos d'Aurier de « clairement inadmissibles », et soutenu son entraîneur et les joueurs « qui ont pu, à juste titre, se sentir offensés par des propos contraires à toutes les valeurs du club». « Le Paris Saint-Germain est une institution très forte à laquelle personne ne peut toucher », a lancé le président, Nasser Al Khelaifi, cité par le communiqué.

Il faut dire que dans la vidéo en question, Aurier répond à des questions posées par des fans via l'application Periscope au côté d’un ami fumant une chicha.
Son ami lit l'une de ces questions : "Laurent Blanc, il fait souvent la folle ou pas ?". "C'est une fiotte !", répond Aurier, qui apparaît à peine dans le cadre de la vidéo à ce moment-là, mais dont la voix est clairement reconnaissable.
"Blanc, il se la donne ?" Réponse d'Aurier : "Il nous prend les c***** mon frère, il prend tout cousin !" Di Maria ? "Ouais, c'est un guignol !" Sirigu ? "Il est guez", comprendre : "il est nul".
À propos d'Ibrahimovic : "Zlatan, il vous met des coups de pression ?" Réponse : "Ho, quand tu regardes ma gueule mon frère, tu penses qu'il peut me mettre un coup de pression lui ? T'inquiète pas, il vient de chez pas où, mais nous, on vient de Sevran frère."