Olo Kpatcha : pourquoi je suis devenu vendeur de poisson

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Olo Kpatcha est devenu vendeur de Poisson. Un métier dont l’ancien «poto» du Daishi dit être fier. Sans complexe, Olo explique pourquoi il a choisi ce business.

Au moment où l’on s’interrogeait encore sur le sort de certains fidèles compagnons du champion de la Chine suite à sa mort, l’on apprend avec satisfaction que son homme de main, du nom d’Olo Kpatcha est en plein dans la reconversion. 

Des mois après la disparition subite de la légende du coupé décalé, Olo Kpatcha L’Empereur s’est lancé dans le commerce du poisson frais dans son village natal, à Toukouzou Ozalem. 

L’ex bras-droit du Daishi qui dit être fier du business dans lequel il s’est lancé, explique son choix : « Quand j’arrive quelque part, on m’appelle Olo Le Vendeur de poissons. Je suis fier d’avoir choisi ce métier. Je ne suis pas complexé. Quand mon frère Arafat est décédé, certaines personnes ont cru que j’allais sombrer dans la dépravation, devenir un gangster, «un drogué» ou encore un «Homo» (homosexuel). J’ai décidé de confier ma vie à Dieu, je ne fume plus je ne bois plus. Vu que je suis un Lagunaire, enfant de la côtière du village de Toukouzou Ozalem où j’ai été baptisé, j’ai décidé de chercher pour moi en me lançant dans le business de vente de poisson frais de pêche. Je vais chercher le poisson au village à Toukouzou, on pêche devant moi, j’achète le poisson avec les pêcheurs sur place et je viens vendre à Abidjan. Je gagne ma vie, je nourris ma petite famille avec ça et j’en suis fier », fait savoir l’ex compagnon d’Arafat.

Via Vibe Radio.CI, Olo Kpatcha qui emploie aujourd’hui 6 personnes dans son business, explique comment il gère son activité avec sa concubine qu’il entend doter les prochains mois : « Je ne suis pas seul, quand je paye les poissons avec les pêcheurs au village, je viens les livrer à Abidjan avec ma chérie. En général, c’est sur commande, que je revends avec ma compagne. Je livre le poisson à des Boss, des vieux pères, des connaissances qui veulent payer mon poisson qui sont prêts pour moi. Bientôt, je vais aussi livrer dans les restaurants. Dieu merci, aujourd’hui, j’ai pu monter ma petite entreprise : «DUPRO APOUTOU GROUPE» sur la vente de poisson. Je compte monter également une poissonnerie à Angré. J’emploi aujourd’hui 6 personnes dans ma petite société. Je fais un peu un peu pour avancer et gagner ma vie » a dit avec émotion l’ancien «poto» de Houon Ange Didier. Par Enzo Dia