Obam’s : la fabuleuse histoire du jeune homme qui « force pas »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Yves Fabien Mondo, dit Obam’s n’est pas arrivé dans le show-biz sur un coup de billard. Retour sur le fabuleux parcours de la promesse musicale ivoirienne.

Natif de la commune de Koumassi en 1993, Yves Fabien Mondo, alias Obams fait son adolescence successivement dans les communes de Port-Bouet puis Yopougon. À la suite du décès de son père en 2003, le petit Yves est confié à un proche de son défunt père dans la ville de Sikensi, où il entame son cursus secondaire de la 6e à la Terminale.

Obam’s était, en effet, réputé pour être un excellent danseur notamment du « Kpangô » dans la ville de Sikensi. 
Le jeune garçon ne passe pas inaperçu et fait parler de lui. Il est régulièrement sollicité pour des prestations lors des manifestations festives dans la localité et même dans les écoles au cours des événements de kermesse scolaires. Le virus de la musique étant, le jeune lycéen finit par délaisser les bancs en pleine année Baccalauréat pour se lancer à sa passion première.

Commence alors une nouvelle aventure pour lui dans la sphère du show-biz, en 2013. Sollicité pour diverses prestations à Abidjan et même dans la sous-région, il est repéré par un certain Imilo Le Chanceux, artiste Burkinabé, qui le prend sous son aile et en fait son danseur. Outre Imilio, le jeune chorégraphe fait quelques apparitions chez Doliziana Debordo avant d’atterrir chez le Yôrôbô 12500 Volts, Arafat Dj en 2015.

Entre la danse et la musique, il n’y a qu’un pas que va franchir le jeune Obam’s. En 2017, Obam’s est inspiré par un concept de danse qu’il intitule «On force pas». L’artiste explique son new concept, « Ce concept, c’est une démarche, un comportement, pour dire que quelque soit ce que tu es, reste toi-même. Ne fais pas attention à ce qui se dit autour de toi, ne regarde pas de gauche à droite. Avance seulement.»
L’Afro-décalé, c’est ainsi que le jeune prodige a baptisé son style musical. La nouvelle sensation musicale ivoirienne qui a tissé son succès sur les réseaux sociaux marche fort en ce moment avec son new concept « On ne force pas » qui fait le tour des décibels. 
L’homme aux Salopettes assure que son succès n’est point accidentel. Il dit disposer d’une trentaine de titres et plus de 16 concepts à son actif. Assurément, le jeune Obam’s ne force pas. Enzo Dia