Nash en colère: « Des gens dans le milieu boycottent mes projets »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Nash est amère. La go Cracra du Djassa fait savoir qu’elle est victime de boycott depuis quelque temps.

La Go Cracra du Djassa a les boules en ce moment. Nash affirme haut et fort qu’est victime de basses manœuvres de la part de certaines mains obscures tapies dans l’ombre dans le milieu du show biz.
 
En marge des préparatifs de sa grande fête, baptisée « LA FETE À NASH », la chanteuse a tenu à dénoncer vigoureusement ces personnes. 
À cœur ouvert, Nash dit ses 4 vérités : « Ce que disait Arafat est tout à fait vrai. Il y a des gens qui s’adonnent à cette pratique de vouloir boycotter les autres », apprend t-elle. Nash dénonce énergiquement ses détracteurs : « Cela fait 18 ans que je fais carrière dans le show biz Ivoirien. Je suis aujourd’hui ambassadrice nationale de l’UNICEF pour les Enfants. Je me bats seul pour organiser chaque année mes événements dont « HIP HOP ENJAILLEMENT » et mes actions en faveur des Enfants de la rue. Je dépose chaque année mes dossiers pour chercher des sponsors, des soutiens, c’est toujours compliqué. Personne ne m’accompagne. Il y a en effet des gens tapis dans l’ombre qui me font des coups bas, ils me boycottent pour rien… Ils ne veulent pas en fait te voir avancer et être autonome. Ils veulent que tu passes toujours par eux et que tu dépendes nécessairement d’eux. C’est vraiment d’hommage », fustige t-elle. Nash qui reconnaît toutefois avoir déjà bénéficié du soutien et du coup de main de son aîné, A’salfo, laisse entendre qu’elle sait qui sont ces détracteurs qui manigancent contre elle et la torpille dans le but de saboter ses actions, « Quand, ils finissent de me torpiller, il y a des gens qui m’appellent pour me dire tel a dit cela. Qu’ils sachent que je les connais. Façon ils me voient me battre, ça fatigue leur « système ». Moi, je n’ai rien contre eux, j’avance. C’est Dieu seul qui va faire mon palabre », a vivement décrié l’ex transfuge du groupe Gbonhi Yoyoyo. Enzo Dia