Michael Jackson : des documents pédophiles retrouvés chez lui

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

À quelques jours du septième anniversaire de la mort du King of Pop, le 25 juin prochains, le site américain Radar Online révèle que du matériel pédo­por­no­gra­phique aurait été retrouvé à Never­land en 2003.

Les documents étaient restés confidentiels pendant treize ans mais lundi soir, le site américain Radar Online a publié des extraits d'un rapport de police accablant pour Michael Jackson. Ce rapport de 88 pages avait été rédigé suite à une perquisition au Ranch de Never­land, la propriété privée de la star, soupçonnée de pédophilie. 

L’im­mense parc d’at­trac­tion avait en effet été perquisitionnée à trois reprises, en 1993, 2003 et 2004, en lien avec des affaires d'attouchements sexuels. Or, la police de Santa Barbara aurait caché ces documents à la justice puisque deux ans après cette décou­verte, en 2005, au terme de cinq mois de procès, Michael Jackson avait été blanchi des dix accusations dont il faisait l'objet, notamment pour attouchements sexuels sur mineurs. 

Les docu­ments retrou­vés dépeignent un tableau sombre et effrayant de Michael Jack­son. Ils le montrent comme un préda­teur mani­pu­la­teur, accro au sexe et aux drogues, qui utili­sait des images gores, sanglantes et sexuel­le­ment expli­cites de sacri­fices d'animaux et d'actes sexuels adultes pour faire se soumettre des gamins à sa volonté. Il avait égale­ment des images dégoû­tantes et tota­le­ment choquantes de tortures d'enfants, d'adultes et enfants nus, de bondage fémi­nin et de sado­ma­so­chisme ». Rapport l’enquê­teur à Radar Online.

Le rapport fait égale­ment mention de « médi­­ca­­ments pour trai­­ter l’ad­­dic­­tion sexuelles », d’images et de vidéos « d’hommes, de femmes, de garçons et de filles dans des posi­­tions perverses », mais encore de clichés de ses neveux, les 3T, « en sous-vête­­ments ». On apprend enfin qu’au début de l’enquête, un box a été loué par le King of Pop pour stocker divers docu­­ments, photo­­gra­­phies et vidéos.

Rappelons qu’avant sa mort, Michael Jack­son avait versé près de 200 millions de dollars (plus de 175 millions d’eu­ros) à des familles qui l’ac­cu­saient d’agres­sion sexuelle sur mineur. Des sommes d'argent qui jettent de sérieux doutes sur l'inno­cence du chan­teur. Sept ans après sa mort, Michael Jack­son n'a pas fini de faire parler de lui et les affaires le pour­suivent jusque dans la tombe…