Koffi Olomidé : « J’aurais dû privilégier le public »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

En prestation, ce samedi 26 décembre, au palais de la culture d’Abidjan-Treichville koffi Olomidé quitte brutalement la scène.

Face à la vague d’indignation du public, l’artiste se justifie et promet revenir en Côte d’Ivoire le 27 février pour un spectacle: « Dommage que j'ai été contraint d'arrêter le concert suite au non-respect du contrat avec le producteur qui, à mon avis, n'avait aucune intention d'honorer nos accords concernant mes droits d'image… Mais soyez rassurés que je vais revenir pour une autre production dans un futur proche ».

L’organisateur décide de porter plainte contre l’artiste

Du côté des organisateurs, la colère est à son comble. Dans une conférence de presse, ces derniers révèle avoir subi un préjudice de 80 millions 500 mille Fcfa.

"Pour le préjudice de 80 millions, 500 mille Fcfa que nous avons subi, nous avons décidé de porter plainte contre lui. Et nous ne sommes plus responsables de sa présence en Côte d’Ivoire", a indiqué Canta Production, structure organisatrice du concert.

M. Ouattara, directeur général de Canta Production a expliqué que ce sont les caprices de la star qui ont créé cette situation. « Nous n’avons jamais connu d’artistes avec autant de caprices. Il a fait venir de son propre fait un cameraman qu’il a présenté au public pendant le concert ».

 

Poursuivant, M. Ouattara a ajouté que le fait de les appeler sur la scène, est une manière de faire du chantage. « Il faut éviter que ce genre de choses continuent et que des artistes étrangers viennent narguer les Ivoiriens. C’est un mépris à l’endroit des populations et des autorités ivoiriennes », a-t-il dit.

Témoignage de JOHN JAY : " « Quand il descendu de la scène je suis allé le voir. Je lui ai demandé, "grand-frère, qu’est-ce qu’il y a ?". Il m’a dit qu’il voulait parler à M. Ouattara. J’ai pris mon téléphone et je l’ai appelé. M. Ouattara m’a dit, "Jay, je suis fatigué ! Si Koffi trouve un inconvénient à ce que les caméras le filment, dit aux caméras d’arrêter". J’ai passé le téléphone à Koffi pour qu’il échange avec M. Ouattara. Il a pris le téléphone et il a dit : "Oui, mais ils ont déjà filmé. Il faut que tu viennes on va discuter". Plus grave, c’est que je lui demande, "Koffi, pourquoi tu fais ça ?". Il me dit : "De toutes les façons ils vont me faire quoi ? Ouattara n’a qu’à me mettre en prison, Hamed va me faire sortir. Je peux faire ce que je veux dans ce pays." Est-ce parce que lui et Hamed sont amis qu’il va faire ça ? Si on doit me mettre en prison à cause de ce monsieur. Koffi s’est rendu compte qu’il avait une vache à lait. Donc il voulait en profiter. Il traîne trop de casserole, il faut qu’il arrête. Il faut que Koffi sache que là où il est arrivé, c’est "boribana" ("la course est finie", en langue Malinké). Si aujourd’hui, on doit me mettre en prison à cause de ce monsieur (Koffi Olomidé, Ndlr), moi, John Jay, on va me mettre en prison. Si Koffi part de la Côte d’Ivoire sans qu’il ne dédommage Canta Production, qu’on ne m’appelle plus pour tout ce qui concerne ce monsieur. Parce que, j’aurai compris que vous êtes des masos »