Interview / Yabongo Lova: « on est tous dans l’hypocrisie »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

A quelques jours de son spectacle très attendu à l’Internat, le capitaine du Zouglou, Yabongo Lova a bien voulu faire des confidences au site viberadio.ci. Le tout nouveau disque d’or ivoirien, revient sur sa récente distinction. Celui que l’on surnomme Loutché évoque également son prochain concert live, ainsi que ses affaires.

Comment expliques-tu cette longue attente avant la remise du disque d’or ?

C’est une première en Côte d’Ivoire. Il fallait bien faire les choses, mettre tout en œuvre pour expliquer, montrer aux gens, aux artistes comment ça se passe pour obtenir un disque d’or en Côte d’Ivoire . Il ne fallait pas faire les choses comme ça à la va-vite. D’autres artistes, comprendront que s’ils vendent beaucoup, ils peuvent effectivement avoir un disque d’or.

 Il y a eu beaucoup de spéculations avant l’acquisition de ce disque d’or.

C’est dommage.Mais moi, je suis quelqu’un de tranquille.Je ne me prends pas la tête.Nous on attendait que le jour J pour récupérer notre trophée. Tous ceux qui ont parlé, dit ce qu’ils avaient à dire, ils n’ont plus rien à dire aujourd’hui. D’autres ont honte.

Des choses t’ont choqué ?

C’est normal. Parce qu’il ya des gens qui n’ont pas la bonne manière de s’exprimer, ils font tout avec des injures. Ça ne va pas nous amener à répondre à qui que ce soit.

 Tu n’en veux à personne ?

Je n’en veux à personne. Quand Dieu veut te rendre grand, il fait toujours des grandes choses,pour qu’il y ait des yeux sur toi. Parce que c’est étonnant aux yeux de certains qu’un artiste comme Yabongo après deux albums, soit distingué disque d’or.

Quel enseignement tu tires de cette expérience ?

On est dans un milieu ou c’est œil pour œil, dent pour dent. Personne ne veut le bonheur de l’autre, on est tous dans l’hypocrisie. Un disque d’or reste un disque d’or.Certains de nos devanciers ont fait un carton dans la vente de disque d’or, mais à leur époque, il n’y avait pas cette réglementation en Côte d’Ivoire. J’ai aussi compris que je dois faire attention à moi, mettre du sérieux dans mon travail.

Tu t’attendais au succès cet album à sa sortie ?

Sans trop être prétentieux, le jour ou je suis allé déposer mon master chez le distributeur Antonio Dahundji, je lui ai dit « Voici mon disque d’or ». Il m’a dit petit : « Tu penses que tu peux avoir disque d’or dans ce pays ou il y a problème de piraterie hein ».

Quel est le petit secret de Yabongo ?

Je n’ai pas de secret particulier. C’est juste le travail.
Les autres qui sont en train d’évoluer. Ça ne sert à rien de passer son temps à chercher à dénigrer.
Il serait mieux de copier ce qu’ils font et améliorer cela à ta façon pour que cela soit à ton image. Car seul le travail paie.

 Après le disque d’or, quels sont les prochains défis ?

L’objectif c’est le prochain concert au Palais de la culture.
On prépare le spectacle du Palais de la culture. Ça sera une fête nationale. On va inviter tous nos fans au Palais pour un show grandiose.Bientôt on vous communiquera la date exacte de ce concert.

Que devient ta structure de Production Bissaguhé musique ?

Les choses vont bien également à ce niveau. A côté de Bissaguhé Music, il faut dire que j’ai lancé Bissafa, qui est la marque de vêtement de Yabongo. Je suis en train de mettre les choses en place, faire tous les papiers pour que tout soit dans les normes. C’est ma structure qui va d’ailleurs organiser mon concert.
Après l’aventure de la FAC du Zouglou, tu viens d’ouvrir un nouveau temple du Zoublou, denommé le K’TIER (Quartier)

Les choses malheureusement ne se sont pas bien passées à la FAC du Zouglou, on a dû fermer. Le K’TIER (Quartier),c’est un espace cent pour cent Zouglou que j’ai ouvert le jeudi dernier. A côté du maquis, j’ai bâti un restaurant, à yop cité Novalim. C’est là que j’ai grandi. J’ai plus d’amis là bas. C’est le seul coin ou tu peux vraiment me retrouver. ENZO