Gadji Celi : « Pourquoi je boude »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Parti du pays au plus fort de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire, Le King, Gadji Celi n’a plus remis les pieds à Abidjan depuis 2011. Il nous explique.

L’auteur de la chanson à succès « Femme de Feu » est toujours « en exil » en France. Depuis la crise socio-politique de 2011, l’ex-patron de l’Unartci, Gadji Celi est absent de la scène musicale en Côte d’Ivoire. Plusieurs fois annoncé, le retour de l’ancien capitaine des Eléphants au pays natal, n’est toujours pas effectif. 
Saint Jo explique concrètement sur Vibe Radio pourquoi jusque-là il ne s’est pas décidé à regagner la terre de ses ancêtres : « Je boude, quand je vais finir de bouder, on verra », lâche –il, avant de donner les raisons pour lesquelles il continue de bouder : « Des gens ont habité chez moi des mois durant... Je n’ai plus de résidence. J’ai perdu tout ce que j’avais comme souvenir : mes photos avec les Présidents, mes médailles d’or, d’argent, de bronze, mes trophées en musique. Vous comprenez que j’ai tout perdu. Je ne peux pas expliquer cela à mes enfants aujourd’hui », affirme St Jo. 
Et le King de poursuivre : « J’ai eu très mal parce que je me suis toujours battu pour mes pairs, pour que la Côte d’Ivoire se sente bien au niveau culturel. Des artistes étaient chez moi, ils dormaient chez moi. Les matins à 5 heures des artistes se retrouvaient souvent chez moi dans ma résidence… Quand je suis sorti d’Abidjan, j’avais un petit sac et non un carton d’argent comme ont fait comprendre certaines personnes ». Enzo Dia