Fusillade en Côte d'Ivoire : le prince Charles-Philippe raconte

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

Invité par l'ONG Children of Africa pour assister à un gala caritatif, le prince Charles-Philippe d'Orléans était à Grand-Bassam lors des attentats.

Au côté de sa femme, Diane, et deux amis s'apprêtaient à aller se baigner lorsqu’un premier tir a attiré son attention. "Il y avait un monde fou sur cette plage à laquelle les Ivoiriens accèdent en payant. Tout le monde s’est figé un instant. Puis il y a eu un second coup de feu, du 9 mm sans doute, et là tout le monde s’est mis à courir dans tous les sens" Témoigne à Paris Match.

 

Le prince a eu la vie sauve en se réfugiant dans un abri sans savoir réellement ce qui se passait. "Les bruits les plus fous couraient. On nous a d’abord expliqué que c’était la police qui avait tiré en l’air pour éconduire un groupe de jeunes qui avaient tenté d’accéder à la plage sans payer, puis on nous a parlé d’un braquage, puis de trois, simultanés. Et puis on a vu des blessés, des morts peut-être, sur le sable.Au côté de sa femme, Diane, et deux amis s'apprêtaient à aller se baigner lorsqu’un premier tir a attiré son attention."

Les terroristes remontaient la plage à pied, ainsi que par la route, vers un autre hôtel, selon Charles-Philippe d'Orléans. "On se sentait cernés", explique-t-il à Paris Match.

 

Le prince et ses proches sont sortis de la fusillade sains et saufs. Six terroristes ont été "neutralisés" dans cette attaque revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Charles-Philippe d'Orléans est le descendant du dernier roi de France.