Décès d’Arafat : ces Dames influentes qui lui ont rendu hommage

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Le dernier hommage du fils de Tina Glamour aux femmes, c’était on s’en souvient, à l’occasion de la célébration de la fête des mères en mai dernier. L’artiste avait sorti un single spécial pour célébrer les mamans. 3 mois après, l’artiste très chouchouté par la gente féminine a achevé sa course sur une voie menant au célèbre boulevard Latrille. Très éprouvée par la disparition du Yôrô National, plusieurs dames influentes de Côte d’Ivoire et d’ailleurs, au nombre desquelles la Première Dame : Dominique Ouattara, Mme Simone Ehivet Gbagbo, Oumou Sangaré, Carolyne Dasylva, Nahomy Amoussou pleurent «El Phenomeno» de la musique ivoirienne.

Dominique Ouattara exprime sa peine: « C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons tous appris le décès tragique de Didier Ange HOUON alias DJ Arafat à l'âge de 33 ans. C’était un acteur majeur de la scène musicale ivoirienne. Sa disparition est une grande perte pour sa famille, pour la culture ivoirienne et pour tous ses fans. En cette douloureuse circonstance j'adresse mes sincères condoléances et tout mon soutien à sa famille biologique et ses milliers de fans à travers le monde. Que son âme repose en paix».

Simone Gbagbo se dit attristée: « Quelle tristesse ! C'est avec beaucoup de peine que j'ai appris ce lundi 12 Août 2019 la disparition brutale de l'artiste DJ ARAFAT, de son vrai nom, HOUON Ange Didier, suite à un accident de la circulation. Je présente mes condoléances les plus attristées à sa famille biologique, à celle de l'art et de la culture, à ses fans et à toute la Côte d'Ivoire. Que le Seigneur veille sur la vie de toute la jeunesse de ce pays! ».
La star de la musique Mandingue, Oumou Sangaré, n’est pas restée indifférente: "C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris le décès de mon fils DJ Arafat. À sa famille, à la Côte d'Ivoire, à l'Afrique, à ses amis et à tous ses fans du monde entier, je présente mes condoléances les plus attristées. Tu as été une icône de la jeunesse, un ambassadeur de la musique et de la culture ivoirienne. On ne t’oubliera jamais. Nos prières t'accompagnent ».

Mme C’MIDI Carolyne Dasylva évoque la dimension de l’artiste: « Je pense que l'heure n'est pas à se disputer sur qui aimait le plus Arafat ou qui ne l'aimait pas suffisamment. L'heure n'est pas à fustiger et dénigrer ses adversaires artistiques et à chercher en eux des boucs émissaires. L'heure n'est pas non plus à identifier ceux qui dénonçaient ses frasques ou ceux qui les supportaient mieux. L'heure n'est pas à interdire X ou Y de parler à la conscience de la jeunesse quant à l'importance de ses choix de vie. Arafat était d'abord une Vie, et la Vie est précieuse et irremplaçable ! Il était une icône, une vraie star, mal aimé ou bien aimé, son départ a choqué et attristé tout le monde. De grâce, octroyez le droit à tout le monde de le pleurer ».

Quant à Tata Nahomy, elle tient à saluer l’artiste, l'icône du coupé décalé, celui qui continuera de faire la fierté de la musique ivoirienne: « Tu es et tu resteras un CHAMPION, un vrai car tout le monde continuera d’une manière ou d’une autre d’Arafatiser aussi longtemps que possible ! Merci pour tout ce que tu as été pour nous, pour la Côte d’Ivoire et pour cette jeunesse, pour tous tes fans de l’Afrique, de tous les continents y compris de la CHINE en Asie, pays dont l’immensité démographique et dont l’ingéniosité en terme de croissance économique et technologique rapide, avait nourri ton imagination si fertile »!

Par Enzo Dia