Debordo Leekunfa : “ Personne ne peut bloquer mes voitures ”

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Condamné à payer 10 millions par la justice au promoteur de spectacle Guillaume Verges, Debordo Leekunfa donne sa version des faits dans une vidéo.

Très remonté, Debordo Leekunfa explique qu’il n’est pas fautif dans l’affaire. L’artiste fait savoir que Guillaume Vergès n’a pas respecté les clauses de leur contrat pour une série de concerts au Burkina Faso.

Invité pour trois spectacles 3 spectacles au Burkina Faso, rien ne s’est passé comme prévu raconte Debordo.

Selon lui, lors du premier spectacle à Bobo Dioulasso, il est rentré dans ses fonds après avoir à maintes reprises supplié Guillaume Vergès.

Même scénario lors du deuxième spectacle à Ouagadougou.

Pour le troisième à Koudougou, face au refus de Guillaume Vergès de verser la totalité de son cachet avant de monter sur scène, Debordo Leekunfa explique qu’il a rebroussé chemin abandonnant ainsi le promoteur face au public.

“ Je n’ai pas joué n’ayant pas reçu mon cachet ” fait savoir l’interprète du tube Pikimin.

En représailles, le promoteur Guillaume Vergès saisi la justice qui exige aujourd’hui le paiement de la somme de 10 000 000 de Fcfa à l'artiste.

Une décision qui n’est pas du goût de Debordo Leekunfa. La star fait savoir que son avocat traite le dossier avant d’affirmer : ” J’ai confiance en la justice de Côte d’Ivoire ”.

Pour ne rien arranger, l’artiste accuse le promoteur de spectacle d’avoir colporté la rumeur selon laquelle sa voiture BMX a été saisie suite à cette décision de justice.

Néanmoins, pour lui, pas question de se laisser faire. “ Personne ne peut bloquer mes voitures ” lance le chanteur coupé décalé.

Sur le même ton, celui qu’on surnomme le Wizz Agarra explique que son argent au Bureau Ivoirien des droits d’auteur n’a également pas été saisi. “ Je vais prendre mon argent au Burida ” ajoute l’artiste avant révélé qu’il n’est pas la première victime “ Verges à essayer ce même coup sur Arafat Dj sans succès ”.

A voir aussi : Arafat Dj : menacé de mort ?