Coupé décalé: Abou Nidal dit ses 4 vérités à la nouvelle génération

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Abou Nidal de Genève n’est pas allé du dos de la cuillère pour dire certaines vérités aux acteurs du mouvement coupé décalé, en l’occurrence, ceux de la nouvelle génération.

Le Waraba du coupé décalé n’est pas du tout content de la nouvelle orientation du mouvement créé par feu Douk Saga. 

Visiblement agacé par les tensions dans l’univers coupé décalé, Abou Nidal dit ses 4 vérités aux acteurs du mouvement, notamment la nouvelle génération, via le site Vibe Radio.CI « Pour moi le Président du coupé décalé, reste et demeure feu Douk Saga. Quand il est parti, celui qui a porté haut le niveau du mouvement, c’était bien Dj Arafat. Il nous faut aujourd’hui un gardien du temple pour orienter nos jeunes frères qui commencent à dévier. C’est pas possible que quelque chose que tu n’as pas créé, tu t’es lancé dedans en apportant ton grain de sel, tu détruis cette chose-là. Écoutez, les clashs dans le milieu, ça doit être surtout musical et non ce qu’on voit aujourd’hui, où certains passent leur temps dans des querelles, en train de s’insulter, insulter leurs parents. Quand Douk Saga créait ce mouvement, c’était dans une optique d’unité. Les initiateurs du décalé coupé, c’était une bande d’amis. Chacun d’eux avait sorti une chanson. Quand Douk Saga les présentait, il disait toujours : «Mes Ministres». En boîte, tout le monde dans la Jet Set venait danser sur le son de chacun, c’était l’unité, une famille », fait remarquer le Général Kocumbré.

L’auteur de la «Chaussure qui parle» poursuit : « Aujourd’hui parce que chacun veut faire parler de lui et vendre, on se lance dans les clashs, on attaque. Prenons le cas d’un bambin comme Ramba Junior qui n’est même pas encore né, il se permet d’insulter et attaquer Kiff No Beat et du coup, il est invité sur des chaînes de médias. Quand un garçon comme Tiesco sort des chansons, les médias ne s’intéressent pas à lui, mais quand il est en clash avec Dj Arafat ou autres, il fait le buzz, il suscite par là l’intérêt de nos médias, vous l’invitez et vous parlez de lui. Aujourd’hui, il dit qu’il est même le Boss de la musique Ivoirienne, il se donne un titre honorifique pour faire parler de lui. Moi, Nidal, aujourd’hui, je suis dans mon coin. Je suis la conscience du coupé décalé qui veut joindre l’utile à l’agréable avec beaucoup d’éducations » a signifié Le «Wara» du coupé décalé qui ne démord pas : « Je ne m’inscris pas dans ce coupé décalé de cacophonie. Franchement, ce coupé décalé là, je ne me reconnais pas dedans. Les jeunes ont pris l’aspect négatif de la chose. On veut faire les choses comme les Américains, mais eux, il y a tout un système de business là-bas !», fait-il savoir avant d’interpeller : « Nous les anciens du mouvement, il faut qu’on cherche à repositionner ce rythme musical. Oui, il faut qu’on se remette en question, je parle vraiment avec mon cœur. Quand Douk Saga est tombé, les gens disaient ici que c’était fini pour le coupé décalé, Arafat est arrivé et a mis le mouvement à un certain niveau. La nature a horreur du vide, il arrivera cet autre jeune qui viendra reprendre le flambeau. C’est dans l’union qu’on pourra repositionner notre mouvement », a laissé entendre l’auteur des concepts : «Déclarer vos biens», «Dialogue Direct», via le site Vibe Radio.CI. Par Enzo Dia