Concert 100% Rumba : les artistes créent un scandale

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Après l'affaire Debordo Leekunfa, une affaire de cachet fait parler d'elle en ce moment.

La belle affiche qui mettait en attraction, les Icônes de la musique d’Afrique centrale, dont Kanda Bongo Man, Nyboma, et Sam Mangwana n’a malheureusement pas eu lieu samedi dernier.

Et pourtant les férus et nostalgiques de la musique rétro rumba ne tenaient absolument pas rater une miette de ce show. Ils étaient au rendez-vous, cette soirée du 14 avril au Palais des congrès de l’Hôtel Ivoire.

Les chanteurs venus du Congo avaient tous effectué le déplacement d’Abidjan pour le spectacle. Mais à l’heure du show, point d’artiste au Palais des congrès, au grand dam du public. Qui a du mal à comprendre ce qui se passe réellement.

Le concert est tout simplement annulé. Et pour cause, encore une affaire de cachet. Le lendemain du spectacle annulé, Malick Soumahoro, l’organisateur s’explique «Nous avons tout mis en œuvre pour que le spectacle se passe comme il se doit le 14 avril. On a fait venir les artistes à Abidjan plusieurs jours avant même le spectacle. Tous les 3 (Kanda Bongo man, Nyboma, et Sam Mangwana) étaient déjà là. On avait bien conclu les cachets de spectacle. Chaque artiste avait déjà reçu 80% de son cachet. Cependant le jour J. Nous n’étions malheureusement pas en possession de la liquidité pour gérer le reste du cachet. On a rassuré les artistes, on s’était engagé à le faire incessamment, chose qu’ils avaient accepté. Nous n’étions malheureusement pas en possession de la liquidité pour gérer le reste du cachet».

Il pointe un doigt accusateur sur :« Ils se sont en fait laissés manipuler par des personnes fumistes, venus leur faire faire croire que s’ils décident de jouer, ils n’auront jamais le reste de leur argent.J’ai dû négocier avec les artistes jusqu’à 23h. Lorqu’ils sont revenus sur leur décision, c’était trop tard, le public était déjà parti ». Malick Soumahoro veut remettre ça. Il prévoit en effet relancer le rendez-vous manqué pour le mois de mai 2018. ENZO