CLAIRE BAHI quitte le coupé décalé : KEDJEVARA prévient

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis
CLAIRE BAHI quitte le coupé décalé : KEDJEVARA prévient

Claire Bahi n’a pas fait qu’une simple annonce en quittant le monde du coupé décalé. La Go «Bobarafitini» s’est notamment vidé en critiquant l’univers musical coupé décalé qu’elle a traité de monde «méchant».

La Première Dame du coupé décalé avait visiblement gros sur le cœur samedi dernier sur la scène de la salle Anoumabo. Cadre qu’elle a choisi pour annoncer au grand jour, son départ du coupé décalé, qu’elle à jugé de milieu de «méchanceté». Une déclaration qui a fait réagir un acteur de la galaxie coupé décalé, en l’occurrence Kedjevara. Sur le site www.viberadio.ci, le patron de 18 Avril Production a tenu à interpeller la Go «Bobaradeni»: «C’est une bonne chose que Claire Bahi ait décidé de chanter pour Dieu. Mais je veux surtout que cette décision soit inspirée par une volonté et non du fait d’une situation», tient à conseiller Zoura Amporio.

Le fils d’Antoinette Allany s’adresse sans faux-fuyant à Claire Bahi: «Il y a la méchanceté et la jalousie partout aujourd’hui, c’est devenu universel, c’est le monde même qui est ainsi. Même dans le monde des chrétiens, règne la méchanceté. Qu’est-ce qui lui fait dire que dans le milieu des chantres, là bas, ce n’est pas pire ? La chanson qui m’a révélé, c’est bien une chanson à la gloire de Dieu, intitulée «Merci Yavé», un featuring  avec maman Antoinette Allany. C’est une chanson qui était jouée même dans les églises. Je me souviens que lorsque ma mère Allany partait chanter dans certains milieux chrétiens, elle était confrontée à une grosse jalousie», révèle Kedjevara.

L’auteur du titre à succès: «Remuer la bouteille» préconise ceci à l’endroit de sa collègue: « Il faudrait qu’elle parte chanter pour Le Seigneur Dieu et ne pas regarder à droite et à gauche. Qu’elle ne fasse pas attention aux critiques, il faut qu’elle s’arme de courage, on lui souhaite bon vent», a loué Le Boss de 18 Avril Production.  Par Enzo Dia