Beynaud : « pourquoi j'ai fait un Fast Food »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Désigné en Septembre dernier super lauréat du PRIMUD 2018, Serge Gnolou alias Serge Beynaud, connaît une belle ascension dans sa carrière. Outre la musique, le Boss de Star Factory est bien lancé dans les affaires. Le Babatchè du coupé décalé s’est offert un Fast Food, dont l'ouverture tant annoncée a eu lieu le week-end dernier, dans l’ancienne capitale, Grand Bassam, où l’artiste réside désormais. Nous l’avons rencontré pour vous. Beynaud parle de son nouveau business et de ses projets futurs.

Serge Beynaud en plein dans les affaires, d’où t’es venu justement l’idée de mettre sur pied un Fast Food ?

J’ai toujours été dans les affaires, la musique en elle-même, c’est du business. Et donc je suis dans mon business et les idées, ça vient au fil du temps. Voyez-vous, il y a tellement d’idées à faire valoir qu’il faut savoir aller étape par étape. L’idée de la création d’un Fast Food, c’est quelque chose que j’avais dans la tête depuis longtemps. J’ai beaucoup voyagé, j’ai fait le constat que dans pas mal de pays, surtout aux Etats-Unis, c’est le business qui marche bien. Là bas, ils ont su industrialiser leur nourriture, ils la commercialisent bien. Je me suis posé la question, pourquoi n’a-t-on pas chez nous ici une chaîne africaine pour pouvoir justement nous aussi, faire connaître les choses de chez nous. La spécialité chez nous, c’est de pouvoir utiliser que des produits locaux, donc le goût, il est carrément différent.

Vous vous attendiez à un tel engouement déjà à l’ouverture de votre Fast Food ?

Les personnes qui passaient par là nous demandaient à chaque fois, on ouvre quand ? Là c’est désormais ouvert. Nous avons reçu du beau monde à l’ouverture. J’avoue que je ne m’y attendais pas. Ça fait plaisir, ce qui veut dire que le message est passé. Cela dénote du fait que j’ai des fans très réceptifs. Là maintenant, on est dans la bataille de pouvoir satisfaire tout le monde. Ce fut une ouverture classique, il n’y a pas eu de festivités spéciales. Tous les programmes festifs vont venir après.

La communication autour de l’ouverture semble avoir porté ses fruits ?

Effectivement, on a eu besoin de faire beaucoup de communications. Ce business, il faut le dire, le demande. C’est pour ça que beaucoup sont fiers et surpris en même temps.

On vous a aperçu au four et au moulin, souvent même dans le service en train de servir, quel est votre rôle ?

Mon rôle,(sourire), je suis impliqué à tous les niveaux. Je suis de la partie, je donne un coup de main à tous les niveaux pour que tout se passe à merveille.

Pourquoi la ville de Bassam pour ce projet de Fast Food ?

Bassam, d’abord parce que c’est ma ville de cœur. J’habite Bassam depuis quelque temps, c’est une ville que j’adore. Moi je me suis toujours dit que j’habiterai Bassam un jour. J’ai commencé par Bassam, parce qu’aussi Bassam répondait justement à la demande. Je me suis dit pour un coup d’essai, je commence ici, je pourrai également avoir un œil là dessus.

Abidjan et d’autres villes du pays sont elles dans vos projets futurs pour le Fast Food ?

Biensur ! Comme je l’ai dit, on est dans une vision, on est une chaîne. On commencé par Bassam et ça va s’étendre le plus loin possible. A Abidjan, il y a beaucoup de Fast food déjà. C’est une vision, une chaîne qui va s’étendre dans d’autres quartiers d’Abidjan, dans les villes de l’intérieur du pays et même hors de la Côte d’Ivoire.

Il semble que vous avez pas mal de projets pour Bassam ?

Oui, tout à fait, on a pas mal de projets pour la ville, notamment dans l’événementiel. On est en train de poser les pierres petit à petit. Je pense qu’on est bien lancé.

Avant de terminer, on est curieux de savoir le budget réel de ce projet de Fast Food ?

Le budget (il rit), écoutez, ce genre d’activité, on n’a pas de budget fixe. Nous, ce qui nous intéresse, c’est la perfection. Tant qu’on peut rapporter quelque chose pour faire un travail propre, on investira à chaque fois. Mais pour l’instant, on n’est pas à l’étape ou je peux vous dire exactement combien j’ai investi, mais ça sort. A tous ceux qui aiment la bonne bouffe, vous avez désormais un endroit tout frais qui répond à votre demande. Nous sommes des Ivoiriens, nous avons pensé aux ivoiriens. Nous avons sortis des menus pour le Palais ivoirien en priorité et ensuite ce goût là, on va l’imposer à tous.

Enzo Dia