Anicet Gouria : "Je ne suis pas proxénète !"

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Le nom d’Anicet Gouria n’est pas inconnu dans la sphère du showbiz et des events en Côte d’Ivoire. Et même hors des frontières de la Lagune Ebrié. Fondateur de VIP Agency International et concepteur de Miss Model International Côte d’Ivoire, il mène crescendo sa barque depuis 2014. Cette année, il en est à la 4ème édition. Nous l’avons rencontré pour vous.

Qu’est-ce qui a motivé l’idée de création de Miss Model International Côte d’Ivoire ?

A la base, j’ai un Master en option Publicité. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai travaillé en entreprise en tant que assistant publicitaire. Ainsi, en pour des tournages, l’on me demandait de fournir des models. Du coup, c’est comme si j’étais une agence rattachée à cette entreprise alors que je ne percevais pas de rémunération liée à ça. J’ai remarqué dans le même temps que j’étais un peu coincé et fonctionnais comme un automate alors que j’avais tout le temps envie de créer. C’est ainsi que j’ai raccroché pour lancer mon agence. J’ai évolué dans le temps en travaillant d’abord sur des clips d’artistes dont Hamed Shala, Molare, Magic System et pas mal d’autres. Ensuite, j’ai travaillé sur des concerts à partir de Soprano. Puis, l’on a commencé à me solliciter pour fournir des models pour des publicités. Avant de me lancer dans la promotion de produits pour différentes entreprises. Et au final, je fournissais des models pour différents concours de beauté au niveau national. Au bout de tout ceci, le résultat en termes de notoriété est atteint mais pas au niveau financier. Alors, j’ai décidé de créer Miss Model International Côte d’Ivoire.

-      Concrètement, qu’est-ce que c’est Miss Model international Côte d’Ivoire ?

En 2014, Miss Model International Côte d’Ivoire était un concours de top model. En 2015, le concours a essayé de se réorienter avec 5 tentacules : Miss Exclusiv, Miss Charity, Miss Glob, Miss Continent et Miss Freedom. En 2016, nous avons intégré le concours des "Petites tailles". Dès lors, Miss Model se veut être une plate-forme et non un simple concours de top model. Devenue désormais une plate-forme, Miss Model permet à toute la jeunesse africaine de pouvoir évoluer à l’international. En 2016, la cible était les jeunes de 16 à 26 ans. En 2017, on est passé de 16 à 33 ans. Tous ceux qui sont dans cette tranche d’âge-là peuvent y participer sans distinction d’origine, de race, ni de religion. Peu importe que l’on soit marié(e), tatoué(e)…

-      Pourquoi avoir ouvert ainsi le concours ?

Cela parce que j’ai remarqué qu’en Côte d’Ivoire, bon nombre de personnes veulent évoluer dans le domaine du mannequinat mais elles sont empêchées par de nombreux critères restrictifs. Alors que sur le plan international, nous avons réponses à tout. Raison pour laquelle j’ai opté pour la plate-forme dans laquelle on retrouve une panoplie d’opportunités. La dénomination reste Miss Model International Côte d’Ivoire parce que c’est de Miss Model que tout est parti. Aujourd’hui, je permets aussi à des garçons de se présenter à travers "Mister Ocean" dont la finale aura lieu en Taïwan.

 "Mon combat est que l’Afrique puisse avoir une grande place à l’international"

-      Quel est le but véritable recherché derrière tout ceci ?

C’est ma manière à moi de représenter véritablement la Côte d’Ivoire et l’Afrique à l’international. Je vous fais une confidence, à l’international, on n’était pas représentatifs parce que les gens ignoraient beaucoup de réalité d’Afrique. J’ai eu à demander un jour à une fondatrice de concours de beauté à l’international combien de pays pense-t-elle que l’Afrique comporte. Elle m’a répondu : "une dizaine". Je lui ai dit qu’il y en a une cinquantaine. Elle en est tombée des nues. Grâce à mon combat, aujourd’hui, il y a des concours où on accepte 7 ou 8 pays. Cela dit, mon combat est que l’Afrique puisse avoir une grande place à l’international.

-      Généralement, les gens de ton domaine sont taxés de pratiquer du proxénétisme. Qu’en dis-tu ?

A partir du moment où je ne mets pas des personnes en contact pour avoir de l’argent, je ne suis pas proxénète. Je travaille avec des comités à l’international et les filles qui vont compétir vont avec l’approbation des ambassades. En plus, j’ai la garantie de leurs parents. Vis-à-vis de l’Etat, je suis légal. Et par la grâce de Dieu, on gagne à tous les concours auxquels on participe.

-      Un bilan des trois éditions précédentes

Je suis satisfait car j’ai permis à la Côte d’Ivoire d’atteindre un niveau que personne n’avait atteint auparavant. On a 6 titres à l’international et 2 couronnes à l’échelle mondiale. Et 4 couronnes sur le plan national. Mon seul problème, c’est la mentalité africaine, c’est-à-dire que les gens ne sont pas prêts à encourager mais plutôt prompts à rechercher la petite bête pour tirer les gens vers le bas. C’est écœurant ! Mais le plus important pour moi, c’est de continuer à bien faire mon boulot et si par la grâce de Dieu l’Etat de Côte d’ivoire, un jour, reconnait nos efforts, pour me financer, ce serait la bienvenue. Pour l’heure, j’ai mis en place un système qui me permet de fonctionner sans rien attendre de personne. Le plus important, c’est que l’international reconnait désormais que l’Afrique a de la valeur et de la matière. Je souhaite donc qu’un jour l’on me demande d’organiser la finale internationale en Côte d’ivoire.

-      Ton agence apparait comme un vivier pour Miss Côte d’Ivoire !

En 2017, je suis à 15 concours différents. Il y a donc de la place pour tout le monde. Quand je mène mes actions, je vise l’international donc du coup, au plan national, mes filles sont compétitives.

-      Quelles sont les innovations de l’édition 2017 ?

On devra s’attendre à un truc magique ! Ce sera du jamais vu en Côte d’ivoire. Ce sera une finale avec 70 filles de nationalités différentes en compétition. On s’arrangera pour que toutes les filles retenues au sortir du casting répondent aux critères du plan international. L’innovation véritable, cette année, est "Mister Ocean". C’est un concours qui a pour but de sélectionner un garçon qui ira représenter la Côte d’Ivoire à l’international. On a aussi inclus la catégorie "Teens" pour les enfants de 16 à 18 ans à travers "Miss teen". Et on remet avec "Miss Petite". Du coup, Miss Models International devient unique en son genre. La a lieu le 2 septembre prochain à l’Hôtel Novotel à Abidjan. Les inscriptions ont lieu sur la page facebook du concours où se trouvent également toutes les informations complémentaires.

-      On ne sera pas surpris de te voir déménager à l’extérieur pour finir !

Ma finalité, c’est de m’installer en Chine. Les Chinois sont exceptionnels !

Réalisée par JM TONGA

PLUS: