Les victimes collatérales de la lutte contre Boko Haram

Facebook Email Print Twitter Addthis


Deux cent quarante-neuf personnes, dont 34 enfants, accusées à tort d'être liées à Boko Haram ont été remises en liberté après avoir passé pour certaines plusieurs années en prison au Nigeria. Ce genre de libérations de masse, qui n'est pas rare, illustre les difficultés des autorités à trouver le juste équilibre entre lutte contre les islamistes et respect des droits de l'Homme.

En savoir plus