Solo,Bedel,Prince Alex, Chico : les patrons de bars se sont parlés

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Solo SS, Affoutchi Magloir, Aimé Zébié, Chico Lacoste, Le Gros Bedel, Prince Alex… Ils étaient tous là ou presque, ces célèbres responsables d’établissements de nuits Abidjanais, pour plancher sur la difficile situation que vivent les acteurs de la nuit depuis la fermeture de leur établissement, du fait du COVID-19. Tout sur cette rencontre qui s’est tenue hier à l’Acoustic des 2 Plateaux.

Depuis près de deux mois, les portes des établissements de nuits sont closes. Les maquis, bars et discothèques de la cité sont en effet fermés pour cause de COVID-19. Depuis donc la fermeture de leurs business, les acteurs du monde de la nuit crient leur désarroi face à la situation difficile qui est la leur. 

Pour la première fois, les premiers responsables des établissements de nuits regroupés au sein de l’UNP (Union nationale des Patrons de bars Maquis et Restaurants) et le MOPEN (Mouvement des opérateurs des Établissement de Nuits) étaient en conclave à l’Acoustic aux Deux Plateaux, où ils ont officiellement livré leur position sur la situation qu’ils vivent actuellement. Les célèbres hommes de nuits Abidjanais au nombre desquels : Solo SSAffoutchi MagloirAimé ZébiéChico LacosteLe Gros BedelPrince Alex… Ont en effet rehaussé de leur présence cette rencontre de vérité tenue hier à l’Acoustique des Deux Plateaux « Nous employons 15 à 20.000 personnes et sommes pourvoyeurs de plusieurs centaines d’emplois. Des milliers de jeunes qui officient dans nos établissements sont aujourd’hui sans salaire, ils sont dans une précarité cruciale. Il s’agit aujourd’hui d’une question de subsistance. Nous sommes malheureusement aujourd’hui l’un des secteurs les plus sinistrés dans cette crise », ont-ils laissé entendre.

« Nous demandons aux autorités de réagir avec célérité, sinon on court vers la catastrophe», ont prévenu les responsables d’établissements de nuits, présents hier. Ils ont fait savoir ceci : « Chaque jour nos téléphones portables ne cessent de crépiter, tel employer t’appelle et te dit : « Le Boss ça ne va pas, mon fils est malade, ma femme a tel souci… Nous demandons vivement à l’Etat de venir à notre soutien, de vraiment se pencher sérieusement sur notre situation » ont-ils vivement lancé comme appel.

En outre, Les Patrons de bars n’ont pas manqué de dévoiler ce qu’ils vivent avec les propriétaires des locaux qu’ils louent mensuellement : « Les propriétaires des locaux que nous louons pour la plupart, n’ont que faire de l’invitation du gouvernement à être flexibles et compréhensifs, ils nous invitent à payer leurs loyers malgré l’absence des ressources » ont-ils dénoncé vigoureusement.

Par ailleurs, ces derniers ont relevé l’insécurité dont leurs établissements de nuits sont l’objet en cette période de crise : « La sécurité de nos locaux nous inquiète énormément. Le nombre élevé de cambriolage de nos établissements pendant le couvre-feu en rajoute à notre psychose. Cela se justifie par le cambriolage d’une vingtaine de nos établissements » ont mentionné les responsables des établissements de nuits.

Avant de clore, les Patrons de bars et mouvement des opérateurs des établissements de nuits de CI, ont tenu à laisser ce message aux autorités : « L’ivoirien, c’est la joie de vivre, la convivialité. Alors, après toutes ces difficultés endurées face au COVID-19, il va falloir des moments pour décompresser et nous voulons être prêts à offrir des services de qualité ». Par Enzo Dia