Fermeture Bars : après les Managers, les Dj crient leur galère

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

À la suite des Gérants et Managers de bars de Côte d’Ivoire, Les Disc-Jockeys également, crient leur galère.

Face à la situation difficile qu’ils vivent en ce moment, consécutive à l’avènement du Coronavirus qui a vu leurs établissements fermé depuis, les DJ vivent difficilement.

Face à la montée galopante de l’épidémie du COVID-19 en Côte d’Ivoire , le gouvernement a pris des mesures drastiques dont celle relative à la fermeture des maquis et bars du pays. Et depuis plus de deux semaines, les acteurs du monde de la nuit sont astreints au chômage technique. Après le cri de cœur des Managers et Gérants de maquis bars et boîtes de nuit de la capitale, c’est au tour des Disc-Jockeys de crier leur galère et désarroi face à la situation actuelle. 

Via le site VIBE RADIO.CI, Le Président des Disc-Jockeys de Côte d'Ivoire : DJ Luciano et un Collectif de DJ exerçant dans la nuit à travers l’ensemble du pays, crient leur mal-être existentiel face à la situation engendrée par le Coronavirus. 

S’exprimant sur VIBE RADIO.CI, Le numéro 1 des Disc-Jockeys de Côte d’Ivoire : DJ LUCIANO déballe la réalité que vit ses membres : « Ça ne va pas, il faut avoir le courage de le dire », affirme t-il d’entrée avant de poursuivre : « A Abidjan, on dénombre près de 700 Disc-Jockeys et à peu près 1000 dans l’ensemble des villes de l’intérieur du pays. Le secteur de la nuit dans lequel nous travaillons fait partie des plus sinistrés. Nos établissements de nuits sont fermés depuis bientôt un mois. Nous payons un lourd tribut dans cette affaire », fait savoir le premier responsable des Disc-jokeys de Côte d’Ivoire, qui décrit la réalité que vit ses collaborateurs en ce moment : « Nous exerçons dans un secteur informel. Les Disc-Jockeys travaillent et vivent au jour le jour. Ceux qui ont la chance de percevoir quelque chose, sont payés par semaine ou par quinzaine. Si aujourd’hui ils ne font rien, ils ne sortent plus pour aller chercher leur gagne-pain, ils font comment pour vivre ? D’autres n’ont pas encore payé leur loyer, on vit la galère en ce moment, c’est vraiment compliqué », laisse entendre le Patron des Dj de CI, qui ajoute : « Voyez-vous, Les Disc-Jockeys contribuent à l’évolution de l’industrie musicale en Côte d’Ivoire. Les Dj et les espaces de nuits sont de grands pourvoyeurs financiers du BURIDA. On injecte énormément de fonds au BURIDA et ce sont ces fonds-là qui font vivre les artistes » indique le porte-voix des Disc-Jokeys Luciano qui lance cet appel pressant aux autorités : « Nous, collectif de la plate-forme de discussion des Dj, regroupé dans les groupes Whatsapp dénommés : RÉFLEXION DJ, DJ NATIONAL, DJ INTERNATIONAL, demandons la clémence du gouvernement afin de nous venir en aide. Nous Dj, nous nous sommes engagés dans la sensibilisation contre le COVID-19 à travers les consignes prescrites par nos autorités. Ça va faire bientôt un mois que nous sommes sans activité, que le gouvernement nous vienne en aide en cette période difficile, car c’est vraiment compliqué pour nous », a signifié Le Président des Disc-Jockeys de CI : DJ LUCIANO, soutenu par DJ Max Kôtou, Dj Papa Roger, Dj Prince, Dj Masteriou, Dj Coul… 
Par Enzo Dia