Démolition site YOP : Safarel se déchaîne et dit ses 4 vérités

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Safarel Obiang se prononce sur les récentes émeutes de Yopougon Toit Rouge-Secteur BAE liées à l’installation d’un site dépistage du COVID-19.

Suite aux troubles qui ont entraîné la démolition par les populations des sites de dépistage du COVID-19 à Yopougon-Secteur BAE, le meilleur artiste de l’année 2019 au récent PRIMUD, Safarel Obiang se déchaîne. Visiblement remonté, l’artiste coupé décalé crache ses 4 vérités sur le site Vibe Radio.CI.
« J’ai été moi-même habitant de ce quartier Toit Rouge. J’ai grandi à la Cité BAE, puisque mon père était corps habillé. J’ai fait pratiquement toute mon adolescence à la Cité de la BAE où a eu lieu l’incident », apprend Safarel sur le site Vibe Radio.CI. 

L’auteur du célèbre refrain « Tchintchin », s’insurge contre le soulèvement des populations de Yopougon Toit Rouge : « Je suis contre la violence. Je ne suis pas d’accord avec la destruction du site de dépistage qui a été installé par l’Etat pour les populations de Yopougon. Je pense qu’il fallait d’abord chercher à comprendre pourquoi le gouvernement a installé ces sites-là avant d’agir. Parce que la violence n’a pas sa raison d’être, surtout, avec la situation que nous vivons en ce moment. Si les gens ne sont pas d’accord, il y a une autre manière de le faire savoir et non en cassant », a fustigé l’artiste coupé décalé. 

Safarel s’offusque : « On dit le virus est très contagieux et qu’il faut éviter tout rassemblement, éviter les manifestations de foule. Mais comme parce que les gens sont fâchés, ils sont contre une décision, ils sortent pour manifester en masse. On oublie que la maladie est bien réelle et contagieuse. Et qu’il faut respecter les distances de sécurité. Demain si on tombe malade, c’est l’Etat contre qui nous nous rebellons, qui va nous prendre en charge. En voulant détruire, on finit nous-même par nous faire du mal. Parce que c’est dans ces mêmes centres, on va repartir pour qu’on nous soigne. Ceux qui ont cassé et détruit les chapiteaux, est-ce qu’ils connaissent le prix d’une seule barre de fer ? » , dénonce-t-il avant d’ajouter ceci : « Quand des initiatives sont prises pour notre bien, il faut encourager et non décourager les auteurs. Au coupé-décalé par exemple, c’est ce que des personnes ont fait à molare qui a fini par abandonner tout et laisser le projet coupé décalé dans leur main. Parce qu’il en avait marre de toujours prendre des coups », a laissé entendre amer, Safarel Obiang sur le site VIBE RADIO.CI. Par Enzo Dia