Un chien déchiquette des enfants à l’INJS : ce qui s’est passé

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Un chien aurait déchiqueté des enfants hier à l’INJS. L’info relayée, provoque un tollé sur la toile. le site Vibe Radio.CI est arrivé sur les lieux.  Que s’est-il passé ?

Hier, en fin d’après-midi, un fait malheureux est survenu au sein de l’Institut National de la Jeunesse des Sports (l’INJS), à Marcory. 
Un chien de garde déchaîné aurait semé la désolation. L’animal a en effet attaqué trois personnes sans défense, dont une jeune dame et deux enfants. 

Informés, nous nous rendons sur les lieux pour établir les circonstances de ce fait dramatique qui s‘est répandu sur la toile. 
À en croire, des témoins rencontrés sur place, les faits se sont produits en fin d’après-midi du lundi 20 Janvier. 
Une visiteuse dont l’identité ne nous a pas encore été révélée arrive au sein de l’établissement. À l’entrée principale de l’établissement, des vigiles sont postés. Avec eux, des chiens de garde pour renforcer la sécurité. La jeune dame qui était avec deux gosses, l’aîné âgé d’une dizaine d’année et le plus petit : 2 ans, tous les trois, ils franchissent tranquillement le portail de l’entrée principale.

À la vue des visiteurs, un des chiens de garde se montre menaçant et fonce sur la jeune fille et les enfants qui l’accompagne. Pris à partie par le fauve, la jeune dame a la chance de se soustraire du danger. L’enfant de deux ans devient par à-coups la cible du fauve. Le chien attaque de manière féroce le pauvre enfant sans défense. Le gamin est dévoré par l’animal, d’abord au niveau du cou, puis en pleine mâchoire, nous a-t-on rapporté. 

Devant la résistance des secours, le fauve lâche sa cible et s’éloigne. L’enfant est mal en point et saigne. Il est aussitôt transporté par des étudiants dans le dispensaire de l’établissement. Quelques instants après, une ambulance aurait ensuite évacué l’enfant au CHU de Treichville, où il a été aussitôt admis pour des soins intensifs, nous ont rapporté nos informateurs sur place.

À noter que le fait malencontreux d’hier, n’est pas le premier du genre au sein de l’établissement. L’an dernier, en plein FEMUA, un chien de garde appartenant aux vigiles en charge de la sécurité à l’entrée du bâtiment, avait, on s’en souvient, mordu un étudiant de l’INJS. Nous y reviendrons. Enzo Dia