Volkswagen : les moteurs truqués

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis
volkswagen

Francfort, 28 sept 2015 - Le scandale des moteurs truqués de Volkswagen, qui a équipé 11 millions de ses véhicules diesel d’un logiciel destiné à tromper les contrôles anti-pollution, a éclaté il y a dix jours mais trouve ses racines il y bien plus longtemps.

2007 : c’est à cette époque que l’équipementier Bosch fournit à Volkswagen le logiciel truqueur, à des fins «de tests internes uniquement».

2014 : des chercheurs de l’Université de Virginie Occidentale, mènent des tests sur route sur des véhicules Volkswagen et constatent qu’ils émettent jusqu’à 40 fois les quantités autorisées d’oxyde d’azote. Ils préviennent les autorités américaines, qui elles-mêmes s’adressent à Volkswagen. 

Fin 2014 : Volkswagen aux Etats-Unis fait revenir certains modèles au garage pour procéder à des «actualisations de logiciel», et affirme aux autorités avoir ainsi remédié au problème.

3 septembre 2015 : incapable de fournir des réponses convaincantes, Volkswagen admet auprès du Carb et de l’EPA l’installation délibérée d’un logiciel fraudeur.

23 septembre : Martin Winterkorn annonce sa démission, prenant la responsabilité de l’affaire tout en affirmant n’en avoir jamais rien su. En Allemagne, la justice ouvre une enquête préliminaire au pénal.

28 septembre : La justice allemande ouvre une information judiciaire contre Martin Winterkorn, soupçonné de «fraude». Parallèlement, Volkswagen a déposé une plainte contre X au même motif.

PLUS: