Olive Gossé : " j’ai été tenté de quitter Dj Léo "

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

 

 Derrière DJ Léo Le Kdo du Ciel se cache de jeunes et dynamiques managers qui travaillent d’arrache-pied pour faire briller davantage l’artiste.

Gossé Olive Donald ou Olive Gossé manager de Dj Léo se dévoile au micro de Vibe Radio Côte d’Ivoire.

Pourrions-nous avoir une idée de votre parcours ?

 J'ai fait la majeure partie de mes études à Yamoussoukro qui est par ailleurs ma ville natale. Je suis titulaire d'un diplôme en communication. J'ai travaillé dans une entreprise de communication et publicité de la place avant d'être dans le monde de la nuit. Après le bureau, j'ai commencé à m'occuper de communication d'une boîte de nuit appelée Djassa Vip à Marcory qui appartenait à Aly Djassa que je salue au passage. C'est dans cette boîte que j'ai fait la rencontre d'un grand monsieur, Elvis Segond par qui tout est parti. Il m'a plus tard présenté à l’artiste DJ Léo et tout est parti, tout doucement.

Tu aurais pu continuer en entreprise !

Si si, j'aurais pu continuer en entreprise, rester dans un bureau comme mes amis mais je suis quelqu'un qui aime bouger, voyager et découvrir. Je voudrais aussi ajouter que ce je fais aujourd’hui comme métier me passionne par-dessus tout.

Est-il facile de travailler avec DJ Léo ?

Il est toujours difficile de travailler avec l'homme en général en particulier les artistes. Mais travailler avec les artistes il est passionnant.

Cela dit, as-tu déjà été tenté de tout arrêter ?

 Cela m'est arrivé à mes débuts. Surtout quand on n'avait pas les mêmes points de vue ou quand il faisait ses caprices de star. J’ai été tenté de le quitter quand il refusait souvent d'écouter certaines choses qui peuvent faire avancer sa carrière ou quand il faisait le difficile sur certaines décision que le Staff juge bon pour lui. Mais la force de DJ Léo est qu'il revient toujours sur la bonne décision. Il peut refuser sur le coup mais après avec le temps et l’analyse, il revient toujours à la normale. Il faut le dire, Léo écoute beaucoup son Staff. On a cette chance avec lui. Mais il faut aussi dire que j'ai une grande chance d'avoir un artiste qui a la tête sur les épaules et qui sait vraiment ce qu'il veut. Quelqu'un qui écoute et qui respecte, moi j'ai beaucoup d'estime pour lui. Et c'est une chance de travailler avec lui.

Comment procèdes-tu pour ne pas succomber aux nombreux vices et croque-en-jambes du showbiz ?

Il faut savoir ce que l'on veut dans la vie. Certains pensent que le milieu du showbiz est fait pour des personnes qui n’ont pas réussi dans les études ou qui ne savent plus quoi faire dans la vie. C'est archi-faux ! De nos jours, il y a plusieurs personnes diplômées qui font ce métier. On le fait par passion d'abord sinon je pouvais rester comme je l'ai dit plus haut dans un bureau au calme. Certes, c’est un milieu émaillé de vices, mais il faut savoir ce que tu veux dans la vie pour pouvoir les contourner. Tout le monde n'est pas obligé de faire comme les autres. Je travaille dans ce milieu mais je ne vis pas dedans. La preuve est que c'est rare de me voir en boite si mon artiste n'a pas de prestation. Pour réussir dans ce milieu, il faut savoir ce qu'on veut, savoir lire entre les lignes. Il ne faut surtout pas se laisser impressionner sinon tu feras beaucoup d'erreur. Rester humble, rester concentrer sur ses objectifs, respecter et apprendre sont mes leitmotivs.

 Organisateur de spectacles et manager culturel sont les deux autres cordes à ton arc. Aurais-tu de gros coups dans l’air ?

Oui ! J'apporte actuellement un coup de pouce à un ami, Anicet GOURIA, qui est créateur-concepteur du concours "Miss Model Côte D'Ivoire. Il m’a fait la confiance de me déléguer la grande responsabilité de l'organisation de son événement qui est à sa 4ème édition à caractère internationale. Je lui dis merci. C'est un concours de Mode et de Miss qui a plus de 38 titres à l'international et un titre mondial remporté par le célèbre mannequin Awa Sanogo en Chine. Vous aurez plus de détails dans quelques semaines.

Actif dans le milieu du coupé décalé, quel regard portes-tu aujourd’hui sur cette musique ?

 En ce moment le coupé décalé est comme le début du championnat de foot européen. Il est ouvert, les épiques sont lancées à l'assaut du titre. Les fans sont les arbitres et chacun essaie de faire comme il peut pour s'imposer par tous les moyens.

Que peut-on retenir d’Olive Gossé ?

 Ce que l'on doit retenir de moi c'est que je suis quelqu'un de discret et qui aime travailler, très passionné avec des principes. Je suis quelqu'un qui a une grandeur d'ouverture et qui cherche toujours à découvrir et aller de l'avant. Je remercie Dieu pour sa grâce, mes parents, je remercie surtout Dj Léo pour la confiance qu'il place en moi pour diriger sa carrière en tant que son manager général. Et juste dire à la nouvelle génération du coupé décalé de ne pas se presser dans la vie parce que le temps est le 2ème nom de Dieu.

                                                                                                                                                                                                            Réalisée par JM TONGA

PLUS: