Affaire Serge Aurier : il n'aurait pas donné de coup au policier

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

Interpellé pour insultes aux forces de l’ordre ainsi qu’un « coup de coude » la garde à vue de Serge Aurier a été levée ce Mardi à la mi-journée. Si dans la version initiale de l’affaire tous les faits accablaient le joueur, une autre version, celle du joueur lui-même et de son entourage présente l’Ivoirien comme la victime.

Selon Le Parisien, le joueur « n'aurait pas donné de coup au policier, mais aurait été blessé à un bras au moment où on lui passait les menottes ». Son entourage dément également tout coup porté à l'un des policiers. « Il n'y a eu aucun coup de la part de Serge, ni un coup de coude, ni quoi que ce soit. Il leur a répondu, mais il n'y a pas eu d'échanges de coups », a raconté un proche du joueur au quotidien L'Équipe. Le joueur a même fait constater deux blessures, l’une au front et l’autre à la lèvre.

Dans sa déposition, celui-ci nie avoir frappé le policier et souligne que ce dernier était agressif avant de porter plainte à son tour pour violences policières.

Entendues comme témoins, les trois personnes qui accompagnaient Aurier ont confirmé la version du joueur, a indiqué une source proche de l'enquête.

 Cette version contraste évidemment avec la première bien détaillée par le média RTL.

RTL explique le déroulement des faits avec précisions :

Tout s'est déroulé dans la rue de Ponthieu, située non loin des Champs-Élysées dans le VIIIe arrondissement de Paris, où des policiers remarquent qu'une Porsche Cayenne immatriculée en Belgique bloque la circulation. À bord du véhicule, Serge Aurier se trouve sur le côté passager. Il est accompagné par un homme à l'avant et deux femmes à l'arrière. Les policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) contrôle les occupants du véhicule. S'ils n'ont aucun problème avec les amis du joueur, ils font en revanche face aux refus d'obtempérer du footballeur.

« Dans un premier temps, Serge Aurier descend sa vitre et dit aux policiers : "quoi ? Vous voulez quoi ? C'est bon, laissez-nous". Invité à descendre du véhicule et à montrer ses mains qu'il mettait dans ses poches, le joueur refuse et hausse le ton. "Ne me parlez pas, ne me touchez pas. Vous êtes qui pour me contrôler ? Je ne descendrai pas", lance-t-il avant d'asséner un coup de coude dans le thorax d'un des policiers », explique la radio, qui précise que le joueur était sous l'emprise d'alcool.

Le footballeur aurait également eu des échanges menaçants avec les forces de l'ordre appelées en renfort sur les lieux. « Vous ne savez pas qui je suis », aurait-il déclaré. « Vous osez me manquer de respect, vous êtes fous. Mon avocat va s'occuper de vous. Vous trois, j'ai bien dit vous trois, vous allez le regretter toute votre vie. C'est fini pour vous. »

Le footballeur Serge Aurier sera jugé au tribunal le 26 septembre (30e chambre correctionnelle) pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. 

Le Parisien a passé plus de 24h00 en garde à vue suite à une altercation avec des policiers ayant eu lieu lundi matin à la sortie d'une boîte de nuit.