Accusation contre Ange KESSI: que risque Sephora ? Un JURISTE parle

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Que risque Sephora Lala Blanche suite à ses propos diffamatoires à l’encontre du commissaire du gouvernement ? Un juriste se prononce.

Miss Sephora Lala Blanche risque de payer cash, ses graves déclarations tenues à l’encontre du commissaire du gouvernement, Ange Kessi. Ses propos diffamatoires, publiés sur la toile, suscitent beaucoup de commentaires en ce moment. Que risque donc la jeune fille qui a clamé avoir agi ainsi pour se faire un coup de pub.

Vibe Radio.CI a échangé avec un juriste sur le dossier. L’homme de loi se prononce : « Si le cas de fausse accusation est établie, il s’agit là d’une diffamation. Même s’il y a un repenti de la part de la jeune dame, il y a bien une infraction. Et cela est encore plus grave quand la diffamation est portée sur une personnalité de notoriété publique. Pour une personnalité de notoriété publique, le préjudice est important. Parce qu’il y a ici l’honorabilité et la dignité du concerné. Ce n’est pas le cas s’il s’agissait d’une personne lambda. La jeune fille pourrait encourir jusqu’à 5 ans de prison », nous a confié l’homme de loi.

Notre juriste averti fait savoir que Miss Sephora pourrait toutefois bénéficier de circonstances atténuantes en cas de procès : « Elle pourrait bénéficier d’une situation de faveur, si elle continue de faire amende honorable. Le pardon, les juges pourraient en tenir compte et proclamer une peine clémente qui serait d’un an d’emprisonnement à titre d’avertissement. En évoquant le casier judiciaire, il faut qu’elle n’ait jamais été condamnée », a énoncé le juriste. Par Enzo Dia