Papa Wemba : le parcours du Roi en septs grands points

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

Ses débuts

C'est au sud du Congo ex Zaïre, dans la région du fleuve Kasaï, que naît le 14 juin 1949 Shungu Wembadio Pene Kikumba, allias Papa Wemba de son nom d’artiste. Il sera très tôt initié à la musique par sa mère malgré l’opposition catégorique de son père ancien soldat.

C’est en 1966, après la disparition de son père que le jeune se livre totalement à sa passion en intégrant une chorale religieuse. Cela lui permettra de développer une voix ténor plus que remarquable. Il s’orientera par la suite vers la musique populaire kinoise sous le pseudonyme de jules Presley.

L’évolution

En 1969 il participe avec Nyoka Longo jossart, Félix Manuaku, Evoloko et Mavuela Siméon à la naissance d'un des principaux groupes zaïrois des années 70, Zaïko Langa-Langa, groupe innovateur qui essaye de nouvelles sonorités dans la rumba congolaise.

Début 1975, ayant acquis une forte notoriété, Papa Wemba quitte Zaïko et monte son propre ensemble, Isifi Lokolé qui connaitra une durée d’existence très brève.

En novembre 1975, il quitte le groupe Isifi lokolé pour créer avec Bozi Boziana et Mavuela Somo un autre groupe dénommé Yoka Lokolé.ce groupe connaitra un succès fulgurant notamment avec l’entrée de jeu en 1976 de Mashakabo Mbuta, l’ancien sociétaire du Zaiko langa-langa.

Viva la musica

Enfin en février 1977, il crée Viva la Musica, son propre orchestre d’une quinzaine de musiciens et chanteurs. Le succès est immédiat et foudroyant avec des titres tels que : « mère supérieur », « mabélé mokonzi » et « bokoulaka ». Le chanteur devient une véritable icone pour la jeunesse congolaise et africaine. Il crée un village, "Le Village de Molokaï" dont il s'intronise chef coutumier et y impose un certain mode de vie.

Au-delà du Congo

En 1980, il fait le tour de l'Afrique avec son tube "Analengo" qui se vend à 60.000 exemplaires. Son succès franchit aussi les frontières de l’Europe ou il commence même à intéresser les producteurs européens.

Le roi de la SAPE

Au-delà d'être un artiste chanteur, papa est aussi le roi de la SAPE un phénomène vestimentaire fondé sur une élégance flamboyante et exagérée. Toujours à la pointe de la mode, les grands couturiers européens et japonais n'ont pas de secret pour le chanteur.

 

Acteur de cinéma

C'est en 1987 que nous découvrirons les talents d'acteurs de papa avec le film belgo-Zaïrois « La vie est belle » de N'guangura Dieudonné pour lequel il obtient le rôle principal. Il apparaît également dans le film « Combat de fauves » de Benoit Lamy ou il joue aux cotés Richard Bohringer et Ute Lemper.

La décente

En 2003 le roi de la sape connaîtra, la prison. En effet incarcéré pour une affaire d'immigration clandestine, il passera 3 mois et demi en prison. Il revient plus fort après cette expérience et renoue avec son public.