FLOBY : « Arafat m’avait demandé 4 millions »

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis

L’artiste Burkinabé FLOBY dévoile son featuring avec Arafat Dj « danse un peu ».
Pour faire plus de Buzz avec ce hit, l’artiste met en ligne la vidéo sur sa page Youtube.
Cette collaboration longtemps attendue par FLOBY est désormais effective grâce à un concours de circonstances.

Interrogé par un média local, le chanteur Burkinabé raconte : « Notre histoire de featuring a commencé lors du concert des monstres sacrés de la musique burkinabè que Bitel communication a organisé dans le mois de novembre passé. À Ouagadougou, après ma prestation, Arafat qui était déjà au Stade municipal dans sa voiture et attendait son tour pour prester est descendu pour venir me féliciter. Ce geste m’a vraiment touché et m’a montré une autre image de Arafat.
Les autres monstres du coupé décalé comme on les a appelés à savoir Debordo et Serges Beynaud étaient aussi présents, mais seul Arafat est venu me féliciter. Lorsqu’il est venu, il m’a dit : « mon frère, tu es fort. Je reconnais que tu as du talent. Je voudrais qu’on fasse un featuring ensemble. Il faut voir Innocent Belemtougri pour qu’il coordonne ça ». Je lui ai répondu que Ok. Après le concert, je suis allé voir Innocent et j’ai pris son numéro. Nous avons commencé à nous écrire. Et à chaque fois qu’on s’écrivait, il me posait la question de savoir quand est-ce que je viendrai pour le feat. Je lui répondais que bientôt. Lorsque je me suis préparé pour le rejoindre en Côte afin qu’on réalise le projet, je lui ai écrit et à ma grande surprise, il m’a répondu que sa maison de production qui est Universal demande 6 000 euros pour le featuring. C’est l’équivalent de 4 millions de F CFA. Je lui ai répondu que je n’avais pas cette somme-là. Il a ajouté que ce n’était pas lui mais sa maison de prod qui demandait les sous. Je lui ai fait savoir que si je gagnais l’argent je reviendrai le voir. C’est ainsi que nous avons mis le projet en stand bye.

Lorsque j’ai fini mes dates en Côte d’Ivoire, je tenais coute que coute à rentrer au Burkina Faso avec une nouvelle chanson. J’ai contacté presque tous les meilleurs arrangeurs ivoiriens qui m’ont dit qu’ils n’étaient pas disponibles. C’est ainsi que j’ai appelé Ariel Sheney qui n’est pas mal puisque c’est lui qui arrange les sons de Arafat. Lorsque je l’ai contacté, il m’a fait savoir qu’il n’était pas aussi dispo. J’ai donc pris la résolution pour ce faire de rentrer au pays quitte à revenir pour faire le son. Nous étions en route pour Ouagadougou, nous étions même à Bouaké lorsque nous avons reçu l’appel de Ariel qui nous disait qu’il était libre pour travailler avec nous toute la journée.
Nous avons rebroussé chemin pour repartir à Abidjan. Lorsque je repartais j’ai envoyé un sms à Arafat pour lui dire que j’étais là et que je suis en train d’aller faire un son avec Ariel. Il m’a répondu que OK. Lorsque j’étais en studio, à ma grande surprise j’ai vu Arafat débouché avec une culotte. Il m’a fait savoir que là où nous sommes c’est chez lui et nous avons causé quelques minutes avant qu’il ne sorte du studio. Lorsque j’ai posé les premières notes vocales, il est revenu dans le studio et a demandé à savoir la personne qui chantait. Je lui ai répondu que c’était moi. Il a dit qu’il aimait bien le bite et qu’il va voir ce qu’il peut faire pour moi. Le lendemain matin, il est venu en studio et a posé sa voix. A la fin, il m’a dit que c’est l’Afrique qui gagnait. Voilà comment j’ai pu avoir ce feat avec Arafat. Vous voyez bien que Dieu existe non ? C’est grâce à lui que ce projet a abouti ».