Burkina Faso : il s’agit bien d’un coup d’Etat

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis
Burkina

Il s’agit donc bien d’un coup d’Etat. Après une nuit d’incertitudes, un représentant des militaires putschistes a annoncé, jeudi 17 septembre à la télévision burkinabé, la destitution du président intérimaire, Michel Kafando, et la dissolution du gouvernement

Un militaire de l’armée (le colonel  Bamba) a lu une déclaration à la RTB télé sous le coup de 7h25 ce 17 septembre 2015 au nom du Conseil national de la démocratie (CND). Ce Conseil dénonce la gestion de la transition et différentes mesures prises, notamment la loi électorale, les arrestations d’anciens dignitaires du régime et la loi sur le statut des forces armées, entre autres.

Le CND avoir pris le pouvoir et a annoncé la démission du président Michel Kafando et la dissolution du Conseil national de la transition.

Il déclare vouloir mettre en place un gouvernement d’union nationale en vue d’aboutir à l’organisation d’élections « inclusives ».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a "condamné dans les termes les plus fermes" la détention du président du Burkina Faso, Michel Kafando, et de son Premier ministre, Isaac Zida, réclamant qu'ils soient "libérés sains et saufs et immédiatement".

PLUS: